Mémoire Master


français

Pour valider mon Master en Design & Ergonomie à l’école ESTEI de Bordeaux, il m’a fallut rédiger un mémoire, comme tous les étudiants me diriez-vous !

Avec un sujet tout trouvé qui se penchait sur la photographie et surtout son évolution pour en arriver à l’heure actuelle, mon mémoire soulevait surtout le fait que la photographie avait changé de quelque chose réservé aux riches et ayant un fort impact, à quelque chose dont plus personne ou presque ne fait attention. Personne n’imagine l’ensemble des photos réalisées dans le monde à ce moment ? Tous les touristes avec leur téléphone et leur perche à selfie ? sans parler de la qualité… J’ai donc discuté, avec moi-même, parce que c’est ce qu’il faut faire, du pourquoi, du comment et tout ce qui se trouve au milieu. Un état des lieux qui se veut de plus en plus vrai au fur et à mesure que le temps passe.

Niveau composition, c’était mon premier vrai projet d’envergure avec de la mise en page. J’avais envie de faire quelque chose de décaler tout en arrivant à appuyer mon point de vue. Le but était donc de minimiser l’impact de la photographie sur les compositions, avec un enchainement d’images très peu présentes et beaucoup trop nombreuses. Le texte, présenté en colonnes répartie sur l’ensemble des pages, vient rajouter à cette composition bordélique pour appuyer le point que plus il y en a, moins on y fait attention. Et c’est pas fini !

anglais

To validate my Master in Design & Ergonomics at the ESTEI school in Bordeaux, I had to write a dissertation, as all students you would tell me!

With an obvious subject that focused on photography and especially its evolution to arrive at the present time, my dissertation raised above all the fact that photography had changed from something reserved to the rich and having a strong impact, to something which almost no one pays attention to anymore. No one imagines all the photos taken in the world at this time? All tourists with their phone and their selfie sticks? Not to mention the quality … So I discussed, with myself, because it’s what we are supposed to do, on the why, the how and everything in the between. An inventory that wants to be more and more true as time goes by.

Regarding the composition, it was my first real layout large-scale project. I wanted to do something different while managing to support my point of view. The goal was therefore to minimize the impact of photography on the compositions, with a series of very few images and far too many. The text, presented in columns spread over all the pages, adds to this messy composition to support the point that the more there is, the less attention is paid to it. And it’s not over !